Rechercher
  • CABINET VIDAL

La glycémie



La glycémie permet de connaître son taux de sucre dans le sang. Quel est son taux normal ? Comment interpréter les résultats de sa prise de sang ? Que faire si elle est trop élevée ? Trop basse ? Quand s'inquiéter ?

A jeun, la valeur normale de la glycémie oscille entre 0.7 g/L et 1 g/L. En dessous d'un certain seuil, on parle d'hypoglycémie, tandis qu'au-dessus, il s'agit plutôt d'une hyperglycémie. Le diabète quant à lui se caractérise par une glycémie supérieure à 1.26 g/L à jeun. S'il peut être détecté par un prélèvement d'urine, il doit être confirmée par une prise de sang. Mais, c'est quoi au juste la glycémie ? Pourquoi est-il important de la contrôler et comment peut-on la faire baisser ? Réponses du Dr Marc Popelier, médecin spécialiste en diabétologie à la Pitié-Salpêtrière (Paris). Définition : qu'est-ce que la glycémie ? La glycémie est le taux de glucose (de sucre) contenu dans le sang. Le sucre est l'un des nutriments essentiel au bon fonctionnement des cellules de l'organisme et sert à la production d'énergie. En effet, une partie du glucose qui se trouve dans le sang est transformé en glycogène qui fournit le corps en énergie. Pourquoi est-il important de contrôler sa glycémie ? Dans l'organisme, la régulation de la glycémie se fait grâce à un équilibre permanent entre différentes hormones. L'insuline par exemple - une hormone produite par le pancréas - fait baisser la glycémie, tandis que le glucagon, l'adrénaline, l'hormone de croissance ou le cortisol la font augmenter. L'alimentation, l'activité physique, le stress font également varier la glycémie. S'il fonctionne correctement, le pancréas produit de l'insuline en fonction de la glycémie. Après un repas riche en glucides, la glycémie s'élève et stimule la libération d'insuline. Cette hormone se fixe sur les membranes de certaines cellules, favorisant ainsi l'entrée du glucose dans les cellules et assurant la baisse de la glycémie. Contrôler sa glycémie permet donc de savoir s'il y a un problème dans la production d'insuline ou au niveau des récepteurs de l'insuline. "Cela permet aussi de déterminer si le patient est atteint d'un diabète ou d'un trouble de la régulation du glucose, d'autant que le diabète est une pathologie silencieuse. Il est donc utile de vérifier sa glycémie, même en l'absence de symptômes dès lors qu'il y a un risque plus élevé d'avoir un diabète (antécédents familiaux, surpoids, l'existence d'autres problèmes de santé type hypertension artérielle)", précise le Dr Popelier. Le dosage de la glycémie est prescrit par un médecin au cours d'une consultation ou à l'hôpital lorsque le patient présente des symptômes pouvant être évocateurs d'une baisse de sécrétion d'insuline comme par exemple :

  • la soif

  • la fatigue

  • une infection type mycose récidivante

  • un amaigrissement

Il peut également prescrire cet examen si, au contraire, il suspecte une élévation anormale de la sécrétion d'insuline (lorsque le patient fait un malaise par exemple). Cet examen est également conseillé aux personnes présentant des facteurs de risques élevés (comme le surpoids ou avec des antécédents familiaux de diabète). Enfin, un tel examen - en particulier le test HGPO - peut également être prescrit pendant la grossesse, afin de détecter un éventuel diabète gestationnel, un diabète qui disparaît généralement quelques mois après l'accouchement.